• patrimoine-ecologique

    LÉGISLATION - La police de l’environnement a désormais une loi qui définit son fonctionnement. Adopté le 8 janvier en Conseil de gouvernement, le projet de décret fixe les missions et l’organisation des agents qui vous sanctionneront en cas de manquement au respect de l’environnement.

    On se met au vert

    La Direction générale de la sûreté nationale annonçait, en septembre 2013, la création de brigades régionales de l’environnement pour sanctionner tout incident de nature à porter atteinte à l'environnement.

    Novembre 2013, une brigade de 14 éléments de la police, chapeautée par un commissaire, a été déployée dans la métropole, puis à Rabat et à Mohammedia. De janvier à juillet 2014, 414 contraventions ont été enregistrées. Une expérience concluante. Pour preuve, la mesure sera généralisée petit à petit.

    Pour une ville propre

    Sensibilisation, contrôle, inspection, recherche, investigation, verbalisation, constatation des infractions… autant de missions qui incombent à la police de l’environnement. Et les infractions sont aussi nombreuses que sa mission : dépôts de déchets sur des terrains privés ou publics, commercialisation de produits périmés ou de médicaments de contrebande, transport de marchandise dangereuse sans autorisation…

    Côté sanctions, cela va d’une amende – de 100 à 2 millions de dirhams - à de la prison ferme. Une fois que l’infraction est constatée par l’inspecteur de l’environnement, qui porte de manière apparente une carte professionnelle, le parquet se charge de déterminer la gravité de l’infraction et la sanction y afférente.

     

    huffpost


  • drogue gendarme

    La gendarmerie royale à El Jadida a réussi un joli coup de filet en mettant fin aux activités d’un trafiquant notoire de toutes sortes de stupéfiants. D’importantes quantités de drogues ont été saisies.

    Il faisait l’objet de plusieurs avis de recherche au niveau local et à l’échelle nationale. Ce trafiquant de drogues ayant sévi dans la région des Doukkala, fuyant l’œil vigilant des autorités, a fini par tomber. Vendredi 9 janvier, il a été arrêté par la gendarmerie royale à El Jadida en possession de 180 kg de kif, 80 kg de tabac et 700 grammes de chira. Cela s’est passé dans la commune de Oulad Hesbane à près de 20 km d'El Jadida. Selon toute vraisemblance, il n’aurait pas posé de résistance.

    La demeure d’un autre dealer a fait l’objet d’une descente des gendarmes, dans une région pas lointaine, la commune de Sidi Mohamed Akhdime à douar Lemsalha. Les limiers de la gendarmerie royale d’El Jadida ont saisi chez ce dernier 150 kg de kif, 30 kg de tabac et 650 grammes de chira. Cependant, le dealer a pris la fuite avant l’arrivée des gendarmes. Il est activement recherché.

     

    Le360






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires