• Le Commandement de la Gendarmerie Royale dans le cadre du plan de la stratégie intégrée d’urgence, en matière de sécurité routière, vient de mettre sur pied de nouvelles unités dédiées à la lutte contre le fléau des accidents de circulation qui est à l’origine de pertes humaines, matérielles et financières considérables.
    Véhicule 4x4 faisant partie du module
    Ces nouvelles structures, mobiles rapides et dotées de moyens pour assurer la couverture du réseau routier national ont été créées à la suite d’une analyse minutieuse de tous les facteurs, et causes des accidents, dont le facteur prépondérant reste l’élément humain, elles seront déployées sur les axes réputés accidentogènes, et spécialement sur les tronçons et les points noirs  préalablement identifiés.
    Elles auront la capacité de travailler aussi bien dans un cadre synergique intégré, avec les unités territoriales classiques, qu’avec les moyens aériens nouvellement assignés à cette mission.
     
    Elles pourront également être employées en cellules fluides qui rayonnent sur les axes routiers dangereux ; elles sont modulables selon le temps et l’espace et viendront compléter le maillage existant.
    Chaque module comprend 2 motocyclettes, 2 véhicules 4x4, un véhicule radar, fonctionnant jour et nuit, un fourgon, des radars portables et des appareils de contrôle de l’éclairage.
    • Elles seront 40 unités qui opèrent dans toutes les régions de la Gendarmerie Royale du Royaume notamment celles à grand trafic.
    • Elles ont pour mission de lutter contre toutes les causes des accidents et nous en citons les plus prépondérantes :
    -L’excès de vitesse : générateurs de morts et de blessures graves, il représente 25,77%.
    -Le défaut d’éclairage ou les feux éblouissant : à l’origine de drames incalculables, il représente 25%.
    -L’état mécanique : la vétusté et le caractère inopérant des systèmes vitaux de certains véhicules sont à l’origine de 17% des accidents et provoquent des pertes humaines et matérielles très lourdes. Le recours à la contre-visite technique sera l’arme de lutte contre toute défaillance dans ce domaine.
    L’alcotest est désormais utilisé par toutes les unités pour lutter contre la conduite en état d’ivre
    -Le croisement, le dépassement défectueux et le franchissement des lignes continues qui provoquent des chocs frontaux fatals, ils représentent 4,25%.
    -La surcharge technique : cause manifeste du manque de maîtrise sur les organes des véhicules dont les accidents sont généralement à conséquences fâcheuses, elle représente 0,35%.
    -La conduite en état d’ivresse : qui représente 0,3%, émousse tous les réflexes du conducteur qui ne maîtrise plus le véhicule. A cet effet, l’alcotest sera utilisé par toutes les unités pour lutter contre cette forme de délinquance.
    La circulaire n° 27 du 30 Juin 2005, de monsieur le ministre de la Justice tombe à point nommé pour appuyer les agents de contrôle ; les parquets, maillon primordial dans le dispositif de lutte, ont reçu des instructions pour soutenir ce projet en amont, la magistrature assise a été également invitée à statuer avec célérité sur ces dossiers, alors la boucle est bouclée.
    Ces moyens sont là pour servir le citoyen, l’aider, l’éduquer, l’assister, mais aussi pour lutter sans merci contre les conducteurs récalcitrants et irréductibles heureusement minoritaires, car, soustraire ce type de conducteurs de nos routes est une forme de prévention en amont et une façon de protéger l’usager respectueux des règles qui régissent la circulation routière, le retrait du permis de conduire sera l’une des mesures susceptibles de réduire considérablement le fléau des accidents conformément à la loi.
    Une fois de plus la sécurité routière est prioritaire dans les préoccupations du commandement, dont les objectifs escomptés depuis le lancement du plan d’urgence ont été largement dépassés, une diminution de 4% des accidents de circulation pour l’année 2004, et moins 5,7 % durant les 4 premiers mois de l’année en cours. Cette nouvelle stratégie vise à consolider l’acquis, et accentuer cette dynamique régressive, en cette période d’été ou l’hécatombe atteint son paroxysme eu égard, aux départs en vacances, et à l’arrivée de nos concitoyens vivant à l’étranger.
    Donc avec ces mesures la Gendarmerie Royale compte donner un coup de frein notable à l’insécurité routière, pour le confort, la sécurité du citoyen. Toutefois toutes les dispositions prises par les autorités impliquées dans ce projet ne sauraient atteindre l’objectif escompté sans la participation effective et positive du citoyen en général, et de l’usager de la route en particulier, c’est pour cette raison qu’un appel est lancé à la citoyenneté et au sens civique de nos compatriotes, pour qu’ensemble nous réalisions ce noble projet, et ce nouveau défi difficile mais non impossible.
    Ensemble nous réussirons assurément, seuls ça sera difficile, alors le choix est simple, nous le  ferons avec et pour vous ; cette démarche, ce pacte patriotique que vous propose la Gendarmerie Royale s’inscrit dans le sillage de l’initiative nationale pour le développement humain, lancée par sa Majesté le Roi Med VI que Dieu l’assiste, que chacun mette sa pierre à l’édifice de ce projet ambitieux, faisons la guerre à la guerre des routes et soyons à la hauteur de la cause.
    Véhicule radar
     
    Source: (La Revue de la Gendarmerie Royale N° 10 Juillet/Septembre 2008)




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique